Aimer
Travailler

DE LA ROUTINE À LA CRÉATIVITÉ

spirale du temps
  • 3 Novembre 2014
  • Frédéric Buisson

Deux Modes de Pensée

Savez-vous que notre cerveau fonctionne selon 2 modes de pensée ? Le “système 1”, est rapide, instinctif et émotionnel. Le “système 2” est lent, réfléchi et logique.

Cette dichotomie provoque parfois des erreurs de notre part que cela soit dans nos prises de décision comme dans nos comportements. Nous confions parfois au système 1 ce qui devrait normalement revenir au système 2, et inversement. Ainsi, nous effectuons souvent des raccourcis là où on ne devrait pas.

Une Gymnastique pour l'Esprit

Le truc, c'est d'essayer de faire intervenir les deux systèmes de manière alternée quand nous avons un problème à résoudre ou un travail à faire. Pour y parvenir, il convient d'effectuer une gymnastique de l'esprit. Une gymnastique à laquelle nous ne sommes pas habitués, mais qui est heureusement à la portée de chacun de nous.

Quand nous sommes confrontés à un problème, nous avons le réflexe de nous concentrer mentalement dessus et de nous couper ainsi de notre environnement. Tous nos efforts sont braqués sur le problème, jusqu'à ce qu'on lui trouve une solution. Le hic ? C'est que nous empêchons ainsi le système 1 de se mettre à l'oeuvre, alors qu'il pourrait nous être fort utile.” expliquent les experts.

L'astuce ? Elle est on ne peut plus simple : faire alterner le système 2 et le système 1. Ce qui revient à nous concentrer sur le problème pendant une période de temps donnée, puis à décrocher, afin de donner l'occasion au système 1 d'entrer en jeu, de manière inconsciente.
Comme Dickens, qui allait faire une promenade, non pas pour “se changer les idées” comme on a coutume de le dire, mais en réalité pour approfondir ses pensées.

De l'Espace pour votre Cerveau

Avez-vous déjà pensé que des pauses régulières favorisent l'agilité intellectuelle ? Ou plutôt que des espaces dédiés à des activités qui ne sont pas forcément “utilitaires” stimulent notre capacité à mieux penser, à mieux apprécier notre environnement, à faire plus attention aux uns et aux autres et à résoudre tout type de problèmes que nous nous posons ? Ne vous êtes jamais dit : “Bon, allez, au lit, on verra bien, la nuit porte conseil !”.
Ces quelques mots ne proviennent que d’une analyse superficielle des choses. Mais en questionnant les rythmes et les routines mises en places par des personnes géniales, fameuses ou qui ont “réussi” dans la vie, on constate que ces espaces sont générateurs de bienfaits.

Les Routines… et leur Potentiel !

On a l’habitude de définir une routine comme étant un ensemble de faits ou gestes exécutés mécaniquement où la créativité et l’innovation sont inexistantes.
Les apparences et définitions sont trompeuses. Car ce sont les successions de temps "rapides, instinctifs et émotionnels » (temps 1) et "lents, réfléchis et logiques » (temps2) qui génèrent la créativité. Les routines ne sont donc pas étrangères à ce processus.
Observez la manière dont quelques grands esprits ont organisé leur temps : il ne s’agit ni plus ni moins que de combiner les temps 1 et 2 dans leur emploi du temps.

Prenez Mozart. Il se lève à 6 heures, s’occupe de lui, compose, donne des leçons, consacre 4 heures au déjeuner et à la vie sociale, les 4 heures suivantes à la composition de sa musique, puis le reste de la journée à sa bien aimée Constanze. Il disait lui-même :
Lorsque je suis complètement moi-même, seul, et dans le bon état d'esprit - disons, pendant un voyage en voiture, ou en me promenant après un bon repas, ou la nuit lorsque je n'arrive pas à dormir - c'est dans ces moments-là que mes idées viennent le plus facilement et le plus abondamment”.

John Locke et Charles Dickens consacraient quant à eux 3 à 4 heures par jour à la promenade en extérieur. Ce qui, loin d'être une perte de temps, permettait à leur réflexion de se déployer.

Tchaikovsky, combinait la composition avec soins de lui, vie sociale, longues promenades et lectures. Il avait compris intuitivement, comme tous ces grands hommes, l'importance d'alterner les modes 1 et 2 de la pensée.

La Technique Pomodoro

Des experts ont conçu la technique Pomodoro – qui tire son nom des minuteurs en forme de tomate (tomate se dit pomodoro en italien) – pour s'entraîner à cette alternance. Elle est composée de cinq étapes :

1. Choisir une tâche intellectuelle à accomplir.

2. Régler le minuteur sur 25 minutes.

3. Travailler sans relâche sur la tâche en question jusqu'à ce que le minuteur sonne, en ayant soin qu'aucune distraction ne puisse survenir (arrêter la sonnerie d'arrivée des courriels, etc.). Et noter ce qu'on a trouvé à ce moment-là.

4. Prendre une courte pause (5 minutes).

5. Se remettre à travailler de la même manière, mais en prenant à chaque fois une pause de plus en plus longue (10, puis 15, puis 20 minutes). Jusqu'à ce qu'on finisse par trouver LA solution. Ou bien, jusqu'à ce qu'on soit trop fatigué pour poursuivre. Et remettre alors le travail au lendemain, la nuit portant conseil comme on le dit si bien.

Quelques Conseils

La technique Pomodoro est une excellente introduction à l'alternance des temps 1 et 2. N'hésitez pas à pratiquer, en aménageant les durées selon vos contraintes si nécessaire. Et ne limitez pas son usage au domaine du travail uniquement. Elle peut s'appliquer à tout type de tâche ou de problème à résoudre. Je l'ai même testé dans les discussions de couple : efficacité garantie !

Etudiez aussi attentivement les 16 routines créatives des génies et inspirez-vous en. Etes-vous capable d’identifier celle qui se rapproche le plus de vos ryhtmes naturels ? Vous découvrirez alors de quel grand esprit vous êtes le plus proche.

J'espère que cet article vous permettra de progresser dans la gestion de votre temps et boostera votre créativité. Je serai ravi de lire vos réactions et vos expériences en la matière.

2 Commentaires
Postez le Votre

  1. Bonjour Ali, Vous dites : "Mais, il faut absolument l'alimenter (le cerveau) auparavant en questionnements à travailler." La question à résoudre est la phase la plus importante du processus car une question posée avec justesse à laquelle les éventuelles parties prenantes sont associées vous fera gagner un temps précieux. (J'ai coutume de dire 50% du travail) Concernant votre idée de faire des liens créatifs, n'hésitez pas à vous appuyer sur des références -hors sujets-. Je vous donne un exemple, c'est parce qu' Archmède était un fou de mathématiques et qu'il adorait prendre un bain, qu'il a associé ces 2 espaces de représentations qui n'ont rien à voir et... qu'on en parle encore :). On appelle cela la bissociation. En vous souhaitant bonne continuation. Bien à vous. Frédéric

  2. Bonjour, personnellement je suis arrivé au fonctionnement que préconise l'article sans le connaître auparavant. Je sais actuellement que durant des périodes de repos, de marche... mon cerveau fonctionne pour chercher des solutions aux situations problématiques que je vis ou sur lesquelles je travaille. Mais, il faut absolument l'alimenter auparavant en questionnements à travailler. C'est durant ces périodes que je fais des liens créatifs et porteurs de solutions. Merci.